Article dans la revue Nature

Une équipe internationale impliquant deux membres de Paléotime découvre les plus anciens Homo sapiens dans la grotte de Jebel Irhoud au Maroc. Les résultats obtenus sur ce site du Middle Stone Age font reculer les origines de notre espèce de 100 000 ans et démontrent qu’il y a 300 000 ans d’importantes modifications biologiques et comportementales avaient déjà eu lieu chez nos ancêtres directs à travers toute l’Afrique. La caractérisation des silex associés aux restes humains et l’étude micromorphologique du remplissage de la grotte ont été réalisées respectivement par Paul Fernandes et Mathieu Rué.

Consulter l’article.