Route de Jaunour (Boulazac, Dordogne)

 

La fouille, d’une durée de quatre semaines, menée dans le cadre de l’aménagement du futur complexe scolaire « Yves Perron » situé route de Jaunour, sur la commune de Boulazac-Isle-Manoire, a révélé la présence d’un site archéologique du Moustérien récent.

Le site est localisé sur un niveau de colluvions indifférenciées, en pied de pente, à la base d’un plateau crayeux surplombant l’Isle. La rive gauche de cet affluent de la Dordogne se situe à seulement quelques centaines de mètres au nord du site archéologique.

L’opération archéologique a débuté par la réalisation d’une tranchée géomorphologique permettant d’appréhender l’articulation des dépôts sédimentaires et orienter la poursuite du décapage.

La séquence stratigraphique se divise en trois ensembles. Sa base, qui comprend les UPS 9 et 10, correspond à différentes phases d’apports alluvionnaires. L’UPS 10 a été datée par OSL à 150 ± 12 ka BP, soit au cours du MIS6. Le deuxième ensemble qui comprend les UPS 3 à 7 se rapporte à des colluvions indifférenciées mêlant altérites et éléments issus de la basse terrasse de l’Isle. Les vestiges archéologiques se situent au sommet de l’UPS 4. Deux dates OSL ont été réalisées au centre de l’UPS 5 (88,3 ± 7,6 ka BP) et à la base de l’UPS 3 (53,1 ± 7,6 ka BP), unités encadrant la nappe de mobilier. En considérant les incertitudes sur ces âges et leur position stratigraphique, la période de formation de cette nappe se situe probablement entre la seconde partie du MIS5 et la première moitié du MIS3. La présence plus importante de graviers associée à l’épandage de mobilier permet de contraindre cette large fourchette chronologique et proposer un âge de formation du site au cours d’une période de dénudation du versant, probablement vers la fin du MIS5 ou au cours du MIS4. Enfin, les UPS 1 et 2 qui surplombent ces deux ensembles sédimentaires correspondent au sol actuel.

Les vestiges archéologiques se répartissent de manière hétérogène principalement dans la moitié sud du site sous forme d’une nappe diffuse, ponctuée de trois concentrations. Bien que la fouille ait été menée sur une surface de 1000 m2, il n’a pas été possible de circonscrire précisément l’étendue du site qui s’étire probablement à l’ouest et au sud de l’emprise.

Les études géomorphologiques, des états de surface du mobilier archéologique associées à l’analyse de la répartition spatiale des remontages suggèrent une faible remobilisation des vestiges. En revanche, le faible taux de remontages, leur interprétation technologique et l’absence d’organisation spatiale des vestiges évoquent quant à eux une troncature de la série.

La série archéologique mise au jour compte une dizaine de pièces en quartz (galets et éclats) mais est surtout composée d’artefacts en silex (près de 650 artefacts et 900 esquilles). Les caractéristiques de ces derniers indiquent qu’ils ont pu être collectés dans l’environnement local, à moins de 10 km du site. Ils ont permis la production d’éclats et éclats allongés grâce un débitage de type Levallois qui domine largement la série. Il est associé dans une moindre mesure à un débitage de type Kombewa et un éventuel débitage Discoïde. L’outillage, bien que faiblement représenté, compte près d’un tiers de bifaces.

Malgré le contexte taphonomique et l’analyse spatiale des vestiges qui ne révèle pas d’organisation fonctionnelle, les études technologique et tracéologique suggèrent un débitage sur place et l’utilisation de certains tranchants in situ. L’analyse d’un biface indique qu’il a pu être utilisé comme briquet.

Finalement, le site de Boulazac « route de Jaunour » est un nouveau témoin original de l’occupation moustérienne de la vallée de l’Isle et permettra d’alimenter les discussions autour de la variabilité des différents ensembles du Paléolithique moyen.

INTERVENANTS :

Aménageur : Mairie de Boulazac-Isle-Manoire
Prescripteur : DRAC – SRA Nouvelle-Aquitaine
Opérateur : Paléotime



AMÉNAGEMENT :

Complexe scolaire



LOCALISATION :

 

 
← Retour à la liste des fouilles préventives