Rue du Bois de la Planté (Boinville-en-Mantois, Yvelines)

 

L’opération de fouille du site « Rue du Bois de la Planté » à Boinville-en-Mantois (Yvelines) a été conduite du 1er février au 13 avril 2016, par le groupement momentané d’entreprises Paléotime (mandataire) et Éveha. Elle s’est déroulée dans le cadre du projet d’extension d’un poste électrique source d’ERDF. La prescription émise par le Service Régional d’Archéologie d’Île-de-France portait sur une superficie d’environ 14900 m².

Cette emprise est localisée sur le plateau du Mantois, à une altitude moyenne de 135 mNGF, à cinq kilomètres au sud de la vallée de la Seine. Ce plateau calcaire est délimité par la Mauldre et la Vaucouleurs (deux des affluents de la Seine) respectivement à l’est et à l’ouest, et par deux anticlinaux : celui de la Seine au nord et celui de Beynes au sud, parsemés de buttes-témoins de sables stampiens.

A l’issue de cette opération, plusieurs phases d’occupation ont été reconnues. La première est à rapporter à une phase ancienne du Mésolithique (vers 8500-8000 cal. B-C). Elle est attestée par une structure en creux d’une soixantaine de centimètres de diamètre dont le comblement a livré quelque 33 armatures et fragments d’armatures, ainsi qu’un petit nombre d’éclats.

Le Néolithique moyen est attesté par la présence d’un ensemble de grandes fosses de rejet, de rares trous de poteau et par une nappe de mobilier lithique et céramique.

La Protohistoire est documentée par un petit nombre de fosses polylobées, de fosses de rejet et de structures de combustion. Les premières observations réalisées sur le mobilier collecté renvoient à l’âge du Fer.

Enfin, la période la plus densément représentée est l’Antiquité (fin Ier siècle-IIIè siècle ap. J.-C.), pour laquelle on reconnaît deux zones distinctes :
  • au sud de l’emprise, on distingue une zone à vocation funéraire avec un mausolée de plan carré, d’une vingtaine de mètres de côté. Il est associé à plusieurs dépôts de crémation (dont un était accompagné d’une chaise curule) et à une inhumation d’immature contenue dans un coffrage en bâtière doublé d’un coffrage en bois dont seuls subsistent les armatures métalliques et les clous.
  • au nord de l’emprise de fouille, les structures mises au jour permettent d’envisager une zone domestique et/ou artisanale, avec la présence d’un cellier, d’une carrière, d’un four, de fosses de rejet, etc.
Les études spécialisées étant en cours, ce premier bilan archéologique demeure provisoire et les larges fourchettes chronologiques proposées ici seront affinées par la suite.

INTERVENANTS :

Aménageur : ERDF
Prescripteur : DRAC – SRA Île-de-France
Opérateurs : Paléotime (mandataire), Éveha



AMÉNAGEMENT :

Extension d’un poste électrique source



LOCALISATION :

 

 
← Retour à la liste des fouilles préventives