Actualités

Venez découvrir sur notre nouvelle chaîne YouTube le film proposé par Paléotime, avec Paul Fernandes, et consacré au silex :



Présentation de la vidéo :
L'objectif du pôle pétroarchéologie créé en 2009 au sein du laboratoire est double. Il vise à mieux déterminer la provenance des matériaux lithiques et participe à l'analyse taphonomique des sites archéologiques par une approche renouvelée. Des avancées méthodologiques importantes ont été mises au point par l'équipe de notre laboratoire. Elles prennent en compte le concept de « chaîne évolutive » et ouvrent sur une application holistique des résultats sur la provenance des matières premières, les comportements des groupes préhistoriques face aux géoressources, la fonction de l'outil et la taphonomie. La partie primordiale de la recherche est basée sur l'activité de terrain et une approche pluridisciplinaire en laboratoire, toutes deux, fortement soutenues par le Ministère de la Culture et de la Communication et les instituts du CNRS concernés. Cette vidéo présente les grands principes de cette approche développée sur le silex.




************************************************************************************************************************************
************************************


--- Mise à jour de notre base de données de CV ---

Envoyez votre CV mis à jour à contact@paleotime.fr
N'oubliez pas de préciser : vos nom, prénom, adresse, téléphone, adresse mail, diplômes, spécialité et votre expérience en fouilles préventives et programmées (mois et périodes chronologiques fouillées/étudiées).
Nous en accuserons réception dans les meilleurs délais.

Le service recrutement


************************************************************************************************************************************************************************

Une équipe internationale impliquant deux membres de Paléotime découvre les plus anciens Homo sapiens dans la grotte de Jebel Irhoud au Maroc. Les résultats obtenus sur ce site du Middle Stone Age font reculer les origines de notre espèce de 100 000 ans et démontrent qu'il y a 300 000 ans d'importantes modifications biologiques et comportementales avaient déjà eu lieu chez nos ancêtres directs à travers toute l'Afrique. La caractérisation des silex associés aux restes humains et l'étude micromorphologique du remplissage de la grotte ont été réalisées respectivement par Paul Fernandes et Mathieu Rué.

Consulter l'article paru dans Nature à ce sujet.